Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

nouveau site internet

Publié le par administrateur

nouveau site internet

l'ALEPE a un nouveau site internet !

Vous pouvez dès à présent vous y rendre à cette adresse :

alepe48.fr

De même, pour contacter l'ALEPE, il faut passer directement par le nouveau site et plus par ce blog.

Partager cet article

Actu Alepe 30/05/16

Publié le par administrateur

Suite à une migration d'opérateur, la ligne 0466470997 est actuellement indisponible.

Pour nous joindre composez le 0983368586.

Merci de votre compréhension

Partager cet article

Communiqué de presse du 31/01/2016

Publié le par administrateur

Les agresseurs d’une association de protection de la nature poursuivis devant le tribunal de Mende

Le 4 février prochain, sept agriculteurs doivent répondre devant la justice du saccage du local de l’Association Lozérienne pour l’Étude et la Protection de l’Environnement (ALEPE) commis le 9 novembre 2015 à Balsièges.

Ce 9 novembre, un groupe d’agriculteurs se déclarant du syndicat agricole de la Coordination rurale fait irruption dans les locaux de l'association. Après avoir séquestré le personnel salarié au travail, ils saccagent violemment le bureau en jetant à la figure du personnel des carcasses de brebis pleines d'asticots, piétinent les écrans d'ordinateurs et jettent du matériel et des dossiers par la fenêtre. Ils entendaient ainsi protester contre un texte publié en « Point de vue » dans la Lozère Nouvelle du 18 septembre 2015, intitulé « Vivre avec le loup en Lozère ». Mettant en cause le président de l’association, ils exigent de lui sa rétractation, en le menaçant de le faire démissionner de son poste d’enseignant. Plus généralement, ils veulent interdire à l’ALEPE de continuer à s’exprimer pour la coexistence du loup et de l’élevage, menaçant ses membres de nouvelles agressions plus violentes en cas de refus.

Aujourd’hui, les agresseurs se présentent en victimes et veulent transformer leur procès en tribune pour dénoncer toutes les difficultés dont souffrent les agriculteurs. Dans un article publié dans la presse locale du 29 janvier 2016, ils appellent de nouveau à la « mobilisation» contre les « associations écologistes et environnementalistes » concluant leur article par un appel outrancier : « la peur doit changer de camp » ! Un slogan qui, dans un état de droit, n'a guère de chance d'apporter le moindre élément constructif au débat ; un débat pourtant nécessaire si l'on veut trouver des solutions justes et légales aux réelles problématiques agri-environnementales.

L'ALEPE, qui n'est en guerre ni contre les agriculteurs ni contre personne, redit son indignation devant la violence et son attachement indéfectible à la liberté d’expression. L'ALEPE n'appelle à aucune manifestation de soutien. Elle souhaite simplement que la justice fasse son travail et demande à être dédommagée des préjudices matériels, professionnels et moraux dont elle fut victime le 9 novembre dernier.

Le Conseil d’Administration de l’ALEPE - Balsièges, le 31 janvier 2016

Partager cet article

Café-ciné du Valdo/ Alepe

Publié le par administrateur

Café-ciné du Valdo/ Alepe

Partager cet article

Manifestation à Lyon 16/01/2016

Publié le par administrateur

Manifestation à Lyon 16/01/2016

Partager cet article

Calendrier 2016 de l'Alepe

Publié le par administrateur

Oyé oyé, il est arrivé !

Nous l'attendions depuis quelques semaines, le voilà enfin !

Le calendrier 2016 de l'ALEPE !

En vente au prix de 8 euros, il est le petit cadeau à offrir et à s'offrir.

Chaque mois une nouvelle photo magnifique réalisée par de talentueux photographes proches de nous.

Un petit geste pour soutenir nos actions et faire rayonner l'association !

- les règlements sont à adresser par chèque à l'ordre de l'ALEPE - Montée de Julhers - 48000 BALSIEGES.

- à récupérer au local de l'ALEPE de préférence. Envoi possible tout de même, participation libre aux frais de ports ;-)

- n'hésitez pas à venir en chercher plusieurs pour en vendre autour de vous !

Merci à tous !!

Calendrier 2016 de l'Alepe
Calendrier 2016 de l'Alepe

Partager cet article

Action busards 2015

Publié le par administrateur

Une collaboration entre agriculteurs et bénévoles de l'ALEPE pour la sauvegarde du Busard cendré

Depuis 2009, des bénévoles de l'ALEPE suivent les couples nicheurs de Busard cendré en Lozère. Ce suivi se fait en collaboration avec le Parc National des Cévennes depuis 2014 dans les zones coeur et d'adhésion du Parc en Lozère, où les deux espèces de busards, Busard cendré et Busard Saint-Martin, sont au bord de l'extinction.

En effet, autrefois estimé à plus de 50 couples à l'échelle du département, l'effectif du Busard cendré, fluctuant selon les années, ne dépasse plus les 30 à 40 couples aujourd'hui. Ce petit rapace, dont le poids varie entre 250 et 400 grammes, nichait autrefois uniquement dans les landes, friches et zones humides. Aujourd'hui, ces espaces ayant fortement régressé, le Busard cendré installe fréquemment son nid dans les cultures. Si les moissons interviennent généralement après l'envol des jeunes installés dans les céréales, les nids établis dans les prairies de fauche (plus des deux tiers) sont tous détruits involontairement par les engins agricoles avant l'envol des poussins et le plus souvent au stade des oeufs. C'est pourquoi, après avoir repéré les couples cantonnés puis le lieu précis du nid, les bénévoles informent l'exploitant de la parcelle et lui proposent une protection du nid. Selon le stade de la nidification, ce peut être un report de fauche sur un carré de 80 à 100 m² ensuite protégé des prédateurs par une clôture électrique ou un carré grillagé d'un mètre carré. L'agriculteur contourne le carré balisé et les bénévoles mettent ensuite en place la protection et informent l'exploitant quand les jeunes sont envolés.

Sur les 3 à 4 mois de présence en Lozère de ces rapaces migrateurs, à juste titre légalement protégés, une famille consomme en moyenne 2 000 petits rongeurs notamment des campagnols. Ils mangent aussi des lézards et de gros insectes, criquets et sauterelles.

Cette année 2015, 16 nids de Busards cendrés ont été localisés dans des prairies artificielles et naturelles de fauche et des céréales sur les communes de St-Germain-du-Teil, Gabrias, Lachamp, Mende, Chaudeyrac, Arzenc-de-Randon. Sur 14 nids menacés par les travaux agricoles, 8 ont pu être protégés. Au final, 9 nids ont échoué (fauches avancées en lien avec la météo, abandons, prédations) et les 7 autres nids ont donné 16 jeunes à l'envol grâce à des protections. 8 agriculteurs ont donc été contactés et ont accepté les propositions de protection, ce qui porte à plus de 20 le nombre d'agriculteurs qui se sont impliqués depuis 2009 dans ces opérations de sauvegarde. Ces contacts permettent aussi de mutualiser les connaissances entre agriculteurs et bénévoles.

Sans cette collaboration, le très faible nombre de jeunes qui prendraient leur envol ne permettrait pas le renouvellement de la population de Busard cendré et cette espèce disparaîtrait très probablement en l'espace d'une décennie, selon des études réalisées par le CNRS.

L'ALEPE tient à remercier très chaleureusement ces agriculteurs pour leur implication ainsi que l'engagement sans faille des bénévoles et des stagiaires dont l'investissement est indispensable pour cette action de préservation de la nature qui nous concerne tous.

Pour l’ALEPE, Jean-Luc BIGORNE

Tél : 06.48.17.73.27

Action busards 2015
Action busards 2015
Action busards 2015

Partager cet article

Communiqué de presse

Publié le par administrateur

Le 23 novembre 2015,

Communiqué de presse

L'ALEPE redémarre ses activités d'étude

et de protection de l'environnement lozérien

 

Il y a deux semaines, un groupuscule d’agriculteurs se réclamant de la coordination rurale saccageait notre local. Avec violence, ils voulaient nous interdire de poursuivre nos pacifiques et légales interventions en faveur de la protection de la nature en Lozère.

De Lozère et de toute la France des centaines de personnes nous ont manifesté leur amitié et leur soutien. Les salariés et les administrateurs de l’ALEPE les en remercient chaleureusement. On ne se rend jamais assez compte, avant d’avoir vécu personnellement ce genre d’épreuve, de l’importance des témoignages de sympathie pour redonner du courage et l’envie de continuer.

Une semaine après le saccage de notre local, grâce au travail des salariés, des bénévoles, de l’aide des associations naturalistes voisines, nos bureaux ont retrouvé leur aspect normal.

Et aujourd’hui, nous reprenons nos activités avec détermination. Ainsi, nous venons d’imprimer notre calendrier annuel et nous mettons la dernière main à l’édition d’un nouvel outil que nous allons proposer aux amoureux de la Lozère : « Itinéraires naturalistes en Lozère », un guide de randonnées naturalistes, conçu par les bénévoles de l’ALEPE pour faire partager leur passion et faire découvrir les richesses naturelles de notre territoire.

Beaucoup de personnes nous demandaient dans leur message comment nous aider à poursuivre notre action de protection de la Nature au service de l’intérêt général malgré la pression des lobbies corporatistes. Nous leur disons, sans fausse pudeur, la meilleure manière de soutenir l’ALEPE c’est d’y adhérer. Vous renforcerez ainsi notre force de propositions auprès de la population et des pouvoirs publics. Vous pouvez aussi penser à nos publications pour vos cadeaux de fin d’année. Le calendrier est disponible dès maintenant auprès des membres de l’association. « Itinéraires naturalistes » sera en vente à partir du 15 décembre, à notre local ou dans les librairies du département au prix de 20 €. Vous pouvez le commander dès aujourd’hui.

 

Depuis trente-sept ans notre ligne de conduite a toujours été « Mieux connaître pour mieux protéger ». Elle n’a pas changé le 9 novembre.

 

Le président et les administrateurs de l’ALEPE

 

ALEPE : Montée de Julhers, 48000 Balsièges

Tél : 04 66 47 09 97

Partager cet article

Saccage à l'Alepe

Publié le par administrateur

Saccage à l'Alepe
Saccage à l'Alepe
Saccage à l'Alepe

Partager cet article

Saccage à l'Alepe

Publié le par administrateur

Le 11 novembre 2015,

Communiqué de presse

Les locaux de l'ALEPE (Association Lozérienne pour l'Etude et la Protection de l'Environnement)

détruits par une délégation syndicale agricole

Le lundi 9 novembre 2015, vers 11 heures du matin, un commando d’agriculteurs se déclarant de la Coordination Rurale a fait irruption dans les locaux de l'association, sise à Balsièges. Après avoir séquestré le personnel salarié au travail, ils ont violemment saccagé le bureau en jetant à la figure du personnel des carcasses de brebis pleines d'asticots, en piétinant les écrans d'ordinateurs et en jetant du matériel et des dossiers par la fenêtre. Un spectacle ahurissant, stupéfiant, d'un vandalisme inqualifiable. Aux injonctions des délinquants, le président de l'ALEPE s'est rendu sur les lieux pour être à son tour violemment pris à partie. Leur seule revendication : que "l'ALEPE reconnaisse l'éleveur comme une espèce à protéger et le loup une espèce à éradiquer".

Il est particulièrement choquant que des individus prétendant défendre les intérêts d’une profession s’en prennent violemment aux membres d’une association de protection de la nature reconnue d’utilité publique, œuvrant bénévolement pour l’intérêt général de la société et des générations futures. Ces voyous en détruisant nos outils de travail ont voulu nous empêcher de poursuivre nos actions pour la défense de l’environnement en Lozère. Ils nous ont menacé de récidiver si nous n’obtempérions pas à leurs injonctions. Nous ne nous laisserons pas intimider et nous poursuivrons avec nos modestes moyens à agir pour que les indispensables activités humaines prennent en compte la préservation des équilibres naturels et la santé humaine.

Une plainte a bien entendu été déposée auprès de la gendarmerie et tous les membres de l'ALEPE comme toute personne civilisée attendent de sévères sanctions à la hauteur de ces actes barbares.

Ce type d’action qui rappelle les périodes les plus sombres de notre histoire n'a guère de chance de faire évoluer positivement les difficultés rencontrées aujourd'hui par les éleveurs. Nous savons bien que la très grande majorité d’entre eux ne se reconnaissent pas dans cette agression violente et nous espérons que leurs représentants la condamneront fermement. L’agriculture n’a rien à gagner à rompre le dialogue avec tout le reste de la société.

Partager cet article

1 2 3 4 5 > >>