Action busards 2015

Publié le par administrateur

Une collaboration entre agriculteurs et bénévoles de l'ALEPE pour la sauvegarde du Busard cendré

Depuis 2009, des bénévoles de l'ALEPE suivent les couples nicheurs de Busard cendré en Lozère. Ce suivi se fait en collaboration avec le Parc National des Cévennes depuis 2014 dans les zones coeur et d'adhésion du Parc en Lozère, où les deux espèces de busards, Busard cendré et Busard Saint-Martin, sont au bord de l'extinction.

En effet, autrefois estimé à plus de 50 couples à l'échelle du département, l'effectif du Busard cendré, fluctuant selon les années, ne dépasse plus les 30 à 40 couples aujourd'hui. Ce petit rapace, dont le poids varie entre 250 et 400 grammes, nichait autrefois uniquement dans les landes, friches et zones humides. Aujourd'hui, ces espaces ayant fortement régressé, le Busard cendré installe fréquemment son nid dans les cultures. Si les moissons interviennent généralement après l'envol des jeunes installés dans les céréales, les nids établis dans les prairies de fauche (plus des deux tiers) sont tous détruits involontairement par les engins agricoles avant l'envol des poussins et le plus souvent au stade des oeufs. C'est pourquoi, après avoir repéré les couples cantonnés puis le lieu précis du nid, les bénévoles informent l'exploitant de la parcelle et lui proposent une protection du nid. Selon le stade de la nidification, ce peut être un report de fauche sur un carré de 80 à 100 m² ensuite protégé des prédateurs par une clôture électrique ou un carré grillagé d'un mètre carré. L'agriculteur contourne le carré balisé et les bénévoles mettent ensuite en place la protection et informent l'exploitant quand les jeunes sont envolés.

Sur les 3 à 4 mois de présence en Lozère de ces rapaces migrateurs, à juste titre légalement protégés, une famille consomme en moyenne 2 000 petits rongeurs notamment des campagnols. Ils mangent aussi des lézards et de gros insectes, criquets et sauterelles.

Cette année 2015, 16 nids de Busards cendrés ont été localisés dans des prairies artificielles et naturelles de fauche et des céréales sur les communes de St-Germain-du-Teil, Gabrias, Lachamp, Mende, Chaudeyrac, Arzenc-de-Randon. Sur 14 nids menacés par les travaux agricoles, 8 ont pu être protégés. Au final, 9 nids ont échoué (fauches avancées en lien avec la météo, abandons, prédations) et les 7 autres nids ont donné 16 jeunes à l'envol grâce à des protections. 8 agriculteurs ont donc été contactés et ont accepté les propositions de protection, ce qui porte à plus de 20 le nombre d'agriculteurs qui se sont impliqués depuis 2009 dans ces opérations de sauvegarde. Ces contacts permettent aussi de mutualiser les connaissances entre agriculteurs et bénévoles.

Sans cette collaboration, le très faible nombre de jeunes qui prendraient leur envol ne permettrait pas le renouvellement de la population de Busard cendré et cette espèce disparaîtrait très probablement en l'espace d'une décennie, selon des études réalisées par le CNRS.

L'ALEPE tient à remercier très chaleureusement ces agriculteurs pour leur implication ainsi que l'engagement sans faille des bénévoles et des stagiaires dont l'investissement est indispensable pour cette action de préservation de la nature qui nous concerne tous.

Pour l’ALEPE, Jean-Luc BIGORNE

Tél : 06.48.17.73.27

Action busards 2015
Action busards 2015
Action busards 2015

Commenter cet article